MIT SUR LE GRILL !

Dans notre newsletter de Juin 2012 sur la stabilité cosmétique, nous évoquions nos inquiétudes à propos de la MIT (Methylisothiazolinone).

Nous vous faisions part de la très grande fragilité des formules qui emploient ce type de conservateurs considérés comme sensibles aux conditions pH, à la température et à une certaine forme de consommation par les microorganismes.

La récente réévaluation du SCCS confirme son potentiel sensibilisant sur le plan toxicologique et renforce les limites d’utilisation de cette substance ; ce qui devrait vraisemblablement tirer un trait sur son utilisation à court terme.

Cette actualité a d’autant plus d’importance que nous constatons au sein du département de chimie analytique (ANALYTEC) une progression de la présence de MIT dans les formules  cosmétiques de 327% entre 2011 et 2013 (une des pistes de substitution des parabens !).

La faible concentration de ce conservateur (jusqu’alors limitée à 100 ppm dans le Produit Fini), plafonnait déjà son efficacité antimicrobienne. Sa restriction attendue à 15 ppm (soit 0,0015%) dans le Produit Fini rincé devrait le rendre quasi inopérant pour une stabilité microbiologique dans le temps.

Solutions COSMEPAR

Le laboratoire ANALYTEC dispose d’un parc analytique et des méthodes éprouvées pour le dosage en routine des isothiazolinones (MIT / CMIT) dans les produits cosmétiques.  Le laboratoire met ainsi en œuvre des protocoles techniques permettant  d’atteindre une limite de quantification de 0,5 ppm sur le dosage HPLC –UV de la MIT.

Si l’avis du SCCS atteint les strates médiatiques (et il n’y a pas de raison de penser le contraire), ces solutions analytiques peuvent appuyer  vos démarches visant la limitation voire l’absence de MIT.

Notre objectif : vous apporter des outils techniques robustes et adaptés à ces réactions règlementaires qui, nous le savons, ne sont jamais sans conséquences.

N’hésitez à consulter nos experts.